Il y à 14 000 ans, Les fantastiques gravures rupestres de Lussac-les-Châteaux, Magdalénien III

La grotte aux 3000 pierres gravées

Résultat de recherche d'images pour "magdalénien lussac les chateayu pantalon et botte"

Femme vêtue Coll. Péricard.

 

En France, au paléolithique près de la commune de Lussac-les-Châteaux, il y à 14 000 à 15 000 ans, nos ancêtres ont gravé dans la pierre des scènes de leur vie quotidienne qui remettent en question les fondements même de l’histoire de notre civilisation. Dans la Grotte de la Marche et à proximité, nous en avons retrouvées les preuves gravées sur plus de 3600 pierres (ou plaquettes) ce qui est, à l'heure actuelle, la plus grande concentration connue de ce type d'art.

Depuis leur découverte il y a plus de cent ans, les dessins gravés sur roches de Lussac-les-Châteaux et le Roc-aux-Sorciers à Angles-sur-l’Anglin ou encore la Grotte des Fadets, n’ont pas fini d'animer les débats scientifiques. D’après Jean Airvaux, « ces sites ont livré des centaines de plaquettes portant des représentations humaines, qui peuvent être considérées comme d’authentiques portraits. » (Journal l’Actualité n°74)

D’une part la technique de dessins utilisée relève de connaissances avancées et d'un savoir faire certain, mais aussi et pour la plus grande incompréhension du monde archéologique, les plaquettes nous montrent des personnes qui dansent, qui ont des crânes plus ou moins dolichocéphales (crânes allongés) et d'autres à l'apparence cynophile, qui portent des vêtements,habillement composé de bonnets, pantalons, robe,s ceintures et bottes, tout cela il y à plus de 14 000ans lors de la période connue sous le nom de Magdalénien III.

Une grande partie des gravures représentent des êtres à figure humaine, or dans l'art paléolithique, les représentations humaines sont extrêmement rares, ce qui fait des plaquettes de Lussac-les-Châteaux des exemplaires uniques au monde. La grotte de la Marche ne comporte pas de dessins directement inscrits sur les parois, cela reste cependant un des sites préhistoriques majeur qui a livré une impressionnante quantité de représentations humaines et zoologiques d'une qualité artistique et réaliste qui nous laissent confus depuis leur découverte.

Ce qui différencie les peintures murales de la Grotte de Lascaux ou encore les gravures pariétales de Combarelles de celles de La Grotte de la Marche est que tous les ornements ont été réalisés sur des plaquettes de calcaire que l'on a retrouvées enfouies dans les différentes couches géologiques ayant elles-mêmes servies à leur datation.

Au premier coup d’œil, ces plaquettes non taillées, sans couleurs visible, sont de simples morceaux de calcaire. Ce n’est seulement qu’après utilisation d’un éclairage suffisant et placé de côté, que l’on voit apparaître les gravures. Les représentations humaines sont également spécialement typiques à la Marche, comme une femme obèse par exemple ou encore par le traitement des sujets, certains prétendent qu'elles ressemblent parfois plus à des caricatures qu'à des êtres réels, mais d'autres comme Lwoff pensent qu'il peut s'agir de représentations réelles. En dehors de l'humain, les gravures ont des sujets assez variés : ursidés, félins, bovidés,...

"Stéphane Lwoff qui a fouillé le site de 1937 à 1943 désigne certains visages comme « cynomorphes » et se risque en lançant l’hypothèse d’une race « cynomorphe de Lussac-les-Châteaux. Les hommes à tête de chien sont présents dans un grand nombre de mythes et légendes rapportés par Hérodote, Pline, Strabon, Aristote, Plutarque….et bien d’autres."*source.

Cependant nous nous rangerons personnellement ici, à l’appréciation de Gwenn Rigal dans son livre « Le temps sacrés des cavernes pages 85-86. "En attendant, ces plaquettes constituent un formidable document sur CRO-MAGNON, car des artistes paléolithiques y ont représenté leurs semblables en grand nombre et de matière naturaliste : on y distingue des vêtements amples, peut-être en peau retournée, la fourrure tournée vers l’extérieur. Sur certaines plaquettes, des chaussures sont visibles, nettement séparées du pantalon, et on reconnaît aussi des poches. Un personnage porte une tunique ou une cape, un autre est affublé d’un bonnet, un troisième a le front ceint d’un bandeau avec une plume."

Les hommes préhistoriques ont assurément réalisé des gravures d'une qualité et d'un réalisme étonnants en tous points. L’activité des hommes du Magdalénien s'étale sur une période comprise entre - 17 000 et - 12 000. Nous pouvons constater le mode de vie qu'ils pratiquaient comme la chasse et la pêche pour se nourrir. Avec les gravures rupestres de la Grotte de La Marche, nous pouvons finalement entrevoir la réalité du quotidien des hommes d'il y à plus de 14 000 ans avant notre ère. Il est bien possible que la dernière grande période glaciaire que notre terre ait supporté et qui a pris fin il y a environ -11 000ans que l'on appelle "Dryas" ait contribué à la destruction d'une culture antérieure qui aurait tout simplement pu avoir les connaissances suffisantes pour arriver à ce niveau de culture, ce qui expliquerait rationnellement les gravures du Magdalénien III de Lussac-les-Châteaux et les environs.

Le plus mystérieux pour les scientifiques a été d'identifier aussi la manière de s'alimenter et de se vêtir à cette époque là. Ils avaient sûrement encore une fois aussi des rites et une culture avancée que l'on peut voir à travers les bijoux et les ornements qu'ils fabriquaient mais aussi à travers toutes les gravures que l'on a retrouvées. Tous les objets découverts sont en os, en pierre ou en bois de cerf. Ce sont les seules traces qui ont véritablement résisté au temps, les objets en matière végétale ou en cuir n'étant pas conservés. Il faut donc imaginer et retrouver les gestes préhistoriques à partir des poinçons, hameçons ou bifaces découverts...

 

Historique de La grotte de La Marche :

  •                           En 1914, H.Lavergne trouva dans le sol de la grotte de la marche des outils en silex. Ne trouvant rien d’exceptionnel au site ses recherches s'arrêtèrent à se stade.
  •                           En 1937, L. Péricard, un amateur locale d’archéologie recommença les fouilles et mis au jour les premières pierres gravées avec des restes de parure ainsi que des objets osseux. 
  •                           En 1937 Stéphane Lwoff organisa le chantier de fouilles qui dura cinq années.
  •                           En 1939 et 1940, l’Abbé Breuil se rendra deux fois sur place afin d’expertiser les artefacts trouvés par Lwoff et Péricard.
  •                           De 1957 à 1958, Louis Pradel entama de nouvelles fouilles. 
  •                           De 1988 à 1993, Jean Airvaux réalise une étude plus complète de la stratigraphie et des couches sédimentaires de la Grotte de la Marche

 

En lien :

Magdalénien -17 000 à -12 000 ans avant notre ère. Wikipédia

Iconographie humaine et animale du magdalénien III Grotte de La Marche. Commune de Lussac-les-Châteaux. Stéphane Lwoff 1957 pp 622-633.

La Marche, Commune de Lussac-les-Châteaux (Vienn) Stéphane Lwoff - Bulletin de la société préhistorique française 1943 pp 166-180.

Les Tablettes Gravées de la grotte de la Marche Part 1 - Youtube

Les tablettes Gravées de la Grotte de la Marche Part 2 - Youtube

Grotte de la Marche. Hominidé.com

Grotte de la Marche Wikipédia

Grotte des Fadets.

Le temps sacrée des Cavernes, Gwenn Rigal. Hominidé.com

 

 

Profil humain grotte de la marche (Cynophyle)

Profil humain grotte de la marche (Cynophyle)

Viel homme grotte de la marche

Viel homme grotte de la marche

Portraits la marche f

Portraits la marche f

Portraits la marche a

Portraits la marche a

Pericard chapeau

Pericard chapeau

Deux hommes grotte de la marche (pratiquant un culte?)

Deux hommes grotte de la marche (pratiquant un culte?)

Plan grotte de la Marche

Plan grotte de la Marche

Humain13

Humain13

Felin

Felin

Grotte de la marche, personnage en tunique botte ceiinture et Gourdin ?

Grotte de la marche, personnage en tunique botte ceiinture et Gourdin ?

enfin possiblement représenté avec un crân dolicocphale et son cordon ombilicale

enfin possiblement représenté avec un crân dolicocphale et son cordon ombilicale (L.O)

carte de la répartion du genre homo en europe au magdalenian

carte de la répartion du genre homo en europe au magdalenian

Ajouter un commentaire

Code incorrect ! Essayez à nouveau