Hypotyèse Les plantes qui font ramolir la pierre

Théorie sur le système de construction des temples méghalitiques andins

 

Hypothèse "Les Plantes Qui Font Ramolir La Pierre"

Par Aurélien Rolland

le11.06.2018

« Les Plantes Qui Font Ramollir La Pierre », ou « The Reddish Mud », « Llancac Alpa » en Quechua.

Quand le folklore et les traditions Andines rejoignent les études scientifiques !

La conclusion préliminaire de l’étude suppose qu'un léger traitement chimique fut appliqué sur les joints et certaines surfaces : « The preliminary conclusion from the present study should therefore be that a partial and selective chemical treatment of Inca stone joints and surfaces appears to have occurred. What techniques were applied and did Inca masonry builders have the materials and knowledge to do it ?».

http://www.openaccessjournals.siftdesk.org/articles/pdf/On-the-reddish-glittery-mud-the-Inca-used-for-perfecting-their-stone-masonry20171230103200.pdf

C’est dans les écrits du Colonel Fawcett qui ont récemment inspirés le film Lost City Of Z, et aussi dans Hiram Bingham qui (re)découvrit le Machu Picchu, que l’on peut lire cette fameuse idée sur un mélange qui ferait ramollir la pierre ! Ce passage je vous l’ai scanné dans les photos. ( Les Mémoires du Colonel Fawcett, 1953 tome 1&2 , Amiot-Dumont)

Le Pr H. Tributsch, lui nous cite d’autres références évoquant cette « substance » chez Garcilaso de la Vega (1609) fils d’une princesse Incas et d’un conquistador :
« Les murs étaient fait d'une maçonnerie admirablement taillée, et chaque pierre était si parfaitement ajustée à ses voisines qu'il n'y avait pas de place pour du mortier. Mais Il est vrai que le mortier a été utilisé, et il ressemblait à un argile rougeâtre, qu'ils appellent dans leur langue "llàncac allpa", argile collante ».
Ou encore chez Cieza de Leon (1553) qui parle d’un mortier un peu différents, mais surtout d’un Bitume qui d’après l’auteur faisait office de combustible minérale.

La publication scientifique du 30 Décembre 2017 étudie justement ces questions : « Did Inca builders have access to very acid mud ? » (les bâtisseurs Incas avaient ils accès à une « boue »(une pâte : un mélange) acide ? « Possiblement Oui et cette « boue acide » permis de dissoudre et ramollir superficiellement le matériau rocheux à un gel de silice visco-élastique » !!!.( la base de cette boue serait issue des eaux de mines qui sont très acides).

Attention ils ne parlent pas de faire fondre toute la pierre mais juste au niveau des jointures, la substance permettant de dissoudre une petite surface permettant de « coller/assembler » plus facilement et plus solidement les pierres ensembles. (voir le passage sur les jointures dans la publication et les parties vitrifiées, clairement expliqué).

Il faut quand même garder de la retenue, mais de nouvelles approches sur la base de celle-ci verront peut être le jour dans un futur proche. Pour confirmer ou infirmer définitivement cette « option » .
Néanmoins à aujourd'hui il est quand même intéressant de constater que certaines traditions touchent plus ou moins la vérité ! En effet un peu plus loin dans l’article l’auteur cite un possible ajout de plantes générant une interaction avec l'eau de mine et permettant un meilleur résultat ...

http://www.openaccessjournals.siftdesk.org/…/On-the-reddish…

Aucun texte alternatif disponible.

 

Source Groupe Facebook

Archéoastronomies et Mythologies

 

Aucun texte alternatif disponible.

 

Aucun texte alternatif disponible.

 

L’image contient peut-être : plante, plein air et nature

 

L’image contient peut-être : texte

 

Par Aurélien Rolland le 11.06.2018

 

Ajouter un commentaire